Bruno Marmier prend la barre

Verts Fribourgeois • Le Villarois a été porté hier à la présidence des écologistes. Objectif prioritaire: la réélection de Marie Garnier.

Patrick Pugin

Bruno Marmier est le nouveau capitaine des Verts fribourgeois. Le Villarois de 40 ans a été porté hier soir, par acclamation, à la présidence de la formation écologiste. Seul candidat en lice, il succède à Luc Bardet. Ce dernier, bien que parti «dans des circonstances particulières», la vice-présidente Paola Ghielmini dixit - il a été poussé à la démission après le tollé provoqué par le désistement à son profit de son épouse, élue au Conseil communal de Romont - a été remercié pour le travail effectué à la tête du parti.

Avec Bruno Marmier, conseiller communal de Villars-sur-Glâne depuis 2011, les Verts ont choisi «une personnalité crédible, fiable, appréciée et rassembleuse», a louangé Marc Antoine Messer, président de la section sarinoise (et ancien président cantonal). Le nouveau capitaine, pour sa part, a souligné les défis qui attendent la formation, le premier - et le plus important - étant d’assurer sa présence au Conseil d’Etat. «Notre atout pour y parvenir, c’est Marie Garnier, qui a démontré être une brillante magistrate, malgré des conditions difficiles.» Pas évident de siéger au gouvernement lorsque l’on est femme et écologiste, selon Bruno Marmier.

Outre préserver le siège de sa ministre, le président espère élargir cet automne la représentation verte au Grand Conseil: «Pour faire progresser nos idées, il faut gagner des élections», a-t-il rappelé. Une assemblée extraordinaire, le 27 juin, permettra d’en savoir plus sur les candidats et les ambitions des écologistes.

Pour l’appuyer dans sa tâche, Bruno Marmier peut compter sur deux nouveaux venus au comité: l’ancien coprésident des Jeunes Verts fribourgeois Mathieu Gauss et le président de la section de la ville de Fribourg Oliver Collaud, qui a également accédé à l’une des deux vice-présidences. Ils remplacent Luc Bardet et Gerhard Andrey, appelé lui à la vice-présidence du parti national.

La vingtaine de membres présents hier a pris connaissance des comptes 2015 et du budget 2016, qu’ils valideront lors de la prochaine assemblée. Ils ont pu apprendre que la campagne pour le Conseil national a coûté près de 53 000 francs, avec à la clé une légère progression de 0,2 point des suffrages enregistrés (5,2%). La note pour les communales de mars devrait s’élever à 30 000 fr. Enfin, 61 000 francs ont été prévus pour les élections cantonales de cet automne.

Coprésidente des Jeunes Verts, Natasha Stegmann a pour sa part sollicité l’aide des aînés afin de récolter des signatures pour l’initiative populaire fédérale contre le mitage du territoire: «Fribourg est un peu à la traîne».

Partager sur: