Il n'y a plus assez de terrain

L’article du 13 octobre consacré à la disponibilité de terrains pour les PME met en évidence, une fois de plus, la faillite de notre aménagement du territoire. Le canton de Fribourg a joué à fond la carte de la croissance démographique et créé un surplus de zones pour le logement, pensant à tort que les emplois suivraient automatiquement. Or la croissance fribourgeoise est quantitative, et non qualitative.

Aujourd’hui, les terrains destinés à accueillir des emplois manquent. Certes, des zones stratégiques sont réservées pour des «entreprises à haute valeur ajoutée», mais cela exclut la plupart des PME qui constituent pourtant la base de notre tissu économique. On se souvient notamment du déménagement à Avenches de l’entreprise Zumwald SA.

Il faudrait une vraie volonté politique pour inverser la tendance, mais elle fait malheureusement défaut. Pour preuve, entre 2005 et 2014, les surfaces destinées aux ­entreprises ont diminué de 54 hectares pendant que les surfaces résidentielles augmentaient de 52 ha (cf. brochure Territoire 2030). Ce qui veut dire que l’on continuera au cours des prochaines années à construire davantage de logements au détriment de la création d’emplois.

Avec une telle politique, notre canton se dessine un avenir de dortoir idéalement placé entre Berne et Lausanne.

Bruno Marmier

Président des Verts fribourgeois, candidat au Grand Conseil

Partager sur: